Archive dans 17 novembre 2023

Quel est l’état des nappes phréatiques au 17 novembre ?

Depuis la mi-octobre, la Seine-Maritime est touchée par d’importantes précipitations, en lien avec une succession de dépressions atlantiques. Les nappes phréatiques se sont-elles remplies ? Votre météorologue, Benoît Morel, vous propose un point complet sur la situation.
Dans sa globalité, le niveau des nappes est clairement en hausse depuis la mi-octobre. Sur 25 stations réparties dans plusieurs zones du département, nous avons :

  • 5 stations (niveau haut : bleu foncé)
  • 5 stations (modérément haut : bleu clair)
  • 7 stations (proche de la moyenne : vert)
  • 6 stations (niveau modérément bas : jaune)
  • 1 station (niveau bas : orange)
  • 1 station (niveau très bas : rouge)

Parmi les stations au niveau haut, nous retrouvons Saint-Nicolas-de-Bliquetuit, Motteville, Clères, Fontaine-le-Bourg et Puisenval.
Pour le niveau modérément haut : Claville, Gonneville-sur-Scie, Tocqueville-en-Caux, Fontaine-le-Dun et St-Aubin-le-Cauf.
Pour le niveau proche de la moyenne : les Trois Pierres, Auberville-la-Renault, Veauville-les-Quelles, Blacqueville, Thil-Manneville, Rocquemont et Nolleval.
Pour le niveau modérément bas : Manéglise, Bois-d’Ennebourg, Catenay, le Héron, Maucomble et Criquiers.
Pour le niveau bas : Aumale.
Pour le niveau très bas : Sandouville.

Carte des stations de nappes phréatiques en Seine-Maritime / via info-secheresse.fr

Comme vous pouvez le constater, la recharge d’une nappe est différente d’une autre en fonction des cumuls pluviométriques et sa réactivité.

Selon le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières), on distingue 3 types de nappes :

  • Nappes réactives : elles augmentent très rapidement en cas de pluies abondantes (pouvant générer des inondations), mais baissent très vite lorsqu’il ne pleut plus.
  • Nappes inertielles : il faut jusqu’à 3 mois pour qu’une goutte de pluie atteigne ce type de nappe. À la mi-novembre, les pluies qui se produisent depuis la mi-octobre ne sont pas arrivées à la nappe.
  • Nappes alluviales : elles accompagnent les cours d’eaux. Habituellement, elles les alimentent en eau. Mais actuellement, les cours d’eaux sont plus hauts et la courbe s’inverse : ce sont les cours d’eau qui alimentent la nappe.

Depuis octobre, la végétation est rentrée dans sa phase de dormance. La pluie va donc alimenter en priorité les sous-sols et les nappes. À côte de cela, ces nappes sont évidemment pompées régulièrement puisqu’elles servent à alimenter les puits et les sources en eau potable. La pluie doit continuer de tomber, dans des proportions moindres que ces dernières semaines (sinon ça engendre des inondations dans les champs, routes…).

Vous l’aurez compris, les nappes phréatiques de la Seine-Maritime sont majoritairement stables ou en hausse.