Archive dans novembre 2019

Coup de froid début décembre

L’hiver météorologique (1er décembre au 29 février 2020) débute dans une synoptique météo classique. En effet, la grande douceur de cette fin novembre va laisser place à une baisse progressive des températures nous amenant à un coup de froid qui devrait durer plusieurs jours. Explication de notre météorologue Benoît.

Un régime « AR » (Atlantic Ridge) va se mettre en place à compter de vendredi. Pour faire plus simple, un anticyclone va s’installer sur l’Atlantique véhiculant dans un flux de nord une masse d’air plus froide. Il devrait ensuite s’écraser chez nous en début de semaine prochaine dans un flux d’est à nord-est augurant des températures froides et un temps sec. Pour votre week-end, entre vendredi et dimanche, les maximales se situeront entre 5 et 7°C en moyenne. Pour les minimales, pas de gelée à prévoir bien qu’elles seront proches de la barre des 0°C. C’est surtout mardi et mercredi où le risque de gelée est important avec des valeurs qui devraient être négatives. Les après-midis tourneront entre 6 et 8°C en moyenne, peut-être moins s’il y a des phénomènes de basses-couches (nuages bas, brouillards…).

Risque de neige ?

Le risque est de 0 pour la semaine prochaine. Il y a une possibilité pour ce week-end mais là aussi d’un risque très faible de voir quelques flocons virevolter à l’approche d’une perturbation qui pourrait rentrer au contact d’une masse d’air fraîche. La moyenne des modèles et des scénarios que nous étudions entrevoit simplement une perturbation qui apporte des pluies faibles. Nous en reparlerons dans nos prochains bulletins si nécessaire.

Fort coup de vent ce mercredi !

Ces prochains jours, une dépression va se rapprocher de la France en se creusant progressivement. La pression atmosphérique se situera à 977-978 hPa. Les conditions météo s’annoncent très perturbées avec des passages pluvieux fréquents, donnant lieu d’ailleurs à d’importants cumuls de précipitations entre mardi et jeudi (entre 20 et 40 mm).

C’est surtout la journée de mercredi qui est à surveiller avec un net renforcement du vent. En effet, de fortes rafales de vent sont attendues mercredi avec un pic d’intensité l’après-midi. La majorité des scénarios envisagent des valeurs entre 70 et 90 km/h dans les terres, jusqu’à 100-110 km/h près des côtes. Des dégâts, même mineurs, sont probables. Nous vous invitons d’ores et déjà à cacher/ranger les objets qui pourraient être susceptible d’engendrer des dégâts. A noter un risque de submersion marine en raison d’un coefficient de marée élevé (99) et des vagues pouvant aller jusqu’à 3 mètres de hauteur.

La grêle, un phénomène localisé et hostile

Ce 11 et 12 novembre resteront gravés dans la mémoire ! Un déhanché d’averses circule en Seine-Maritime depuis plusieurs heures apportant sur son passage de la grêle (ou du grésil) et des bourrasques de vent fortes. Mais qu’est ce que la grêle et comment se forme-t-elle ? Pourquoi est-ce si dangereux que cela ? Notre météorologue Benoît vous explique.

La grêle est un type de précipitation qui se fait sous forme solide. On parle de grêle quand le diamètre des précipitations atteint 5 mm. En-dessous, on parle de grésil. Au-dessus, on parle de grêlon. La grêle se forme au sein d’un cumulonimbus (orage), un nuage qui peut monter à une dizaine de km d’altitude.

A partir de l’automne, la masse d’air se refroidit à toutes les altitudes. A 5500 mètres environ, la température peut descendre jusqu’à -40 voire -50°C. A cette heure et hauteur, la température est descendue jusqu’à -35°C. L’écart de température entre l’altitude et nous est tellement important qu’une certaine instabilité se présente : le nuage monte, monte jusqu’à atteindre un certain sommet et en rencontrant la température positive du sol, l’averse se déclenche. Vu qu’il fait froid là-haut, la précipitation est solide. Ça va tellement vite que la grêle n’a pas le temps de fondre jusqu’au sol : en météo, on appelle ça un « courant ascendant ».

C’est un phénomène météo le plus souvent très localisé mais aussi très hostile. En effet, une averse de grêle est prévisible en météo mais en réalité dans notre conduite ce n’est pas le cas. Ça peut ainsi surprendre de nombreux automobilistes : d’où la dangerosité du phénomène. Une couche de grêle peut très vite se mettre en place et rendre les routes très glissantes, comme la pluie et la neige. Quand la compréhension de ce sujet sera claire, le risque d’accident diminuera…

Première décade de novembre bien pluvieuse !

Depuis le début du mois, un flux d’ouest à nord-ouest circule sur nos contrées apportant de fréquentes perturbations dans son chemin. Résultat, la pluviométrie est déjà importante pour ces 10 premiers jours de novembre.

En effet, Météo76 enregistre durant la période du 1er au 10 novembre 41.2 mm à Dieppe (moyenne de 89mm), 69.5 mm à Rouen (moyenne de 76 mm) et 58 mm au Havre (moyenne de 85 mm). Sachant que ce n’est pas fini, d’autres perturbations sont attendues jusqu’en fin de semaine. On pourrait atteindre la moyenne d’ici le 20 novembre environ…

Sur le long terme, précisément durant la dernière décade de novembre, des conditions plus sèches et fraîches pourraient intervenir avec l’influence des hautes pressions. Tendance qui demande à être confirmée…

« Vague de froid » cette semaine ?

Relayé un paquet de fois, un article a été publié ces dernières heures concernant la météo de cette semaine avec comme sujet une « vague de froid exceptionnelle » ou encore « vague de froid de grande ampleur »… Qu’en est-il réellement ? Notre météorologue Benoît vous explique.

Les médias n’en font – encore une fois – qu’à leur tête ! En effet, ce genre d’article a été énormément partagé sur les réseaux sociaux indiquant une vague de froid pour cette semaine sur la France. Or, c’est complètement FAUX ! L’indécence et l’absurdité sont les mots que j’emploierai pour ce cas-là. C’est une nouvelle fois la communauté météo qui est « attaquée », professionnelle et amateur, qui sont totalement discrédités à cause de ça. Y’en a marre !

En Seine-Maritime, il s’agira simplement d’une baisse des températures relative, ce qu’on peut appeler en cette saison un coup de froid classique. En effet, les températures matinales seront légèrement positives (situées entre 2 et 5°C) et les maximales se situeront entre 6 et 8°C. Pas de quoi en faire tout un plat. On ne parlera pas non plus de chutes de neige en plaine.

Pour rappel, une vague de froid se caractérise par de fortes gelées et des températures maximales négatives durant au moins DEUX JOURS. Ça ne sera absolument pas le cas cette semaine.

Ces prochains jours : des températures en baisse…

Ça en devient un fait rare (ou pas!) : une baisse relative des températures est attendue à partir de ce week-end en Seine-Maritime. Un vrai classique pour un mois de novembre. Après tout, on entre bientôt dans la saison hivernale.

Pour l’instant, le mois de novembre enregistre (encore), sur les 6 premiers jours, une anomalie de températures positive supérieure à +1,5°C. Cette dernière devrait baisser petit à petit jusqu’à la mi-novembre au moins et se retrouver proche de 0°C. En effet, un courant d’ouest à nord-ouest va dominer apportant de fréquentes perturbations et une masse d’air relativement plus fraîche, qui d’ailleurs sera persistante jusqu’au 15 novembre environ. Avec pas mal de nuages et d’averses, les températures devraient drastiquement avoir du mal à grimper. Ainsi, les matinées marqueront une nette baisse pour devenir hivernales (moyenne de 4°C). Les après-midis également, bien qu’elles ne devraient pas totalement évoluer en fonction des journées, où les valeurs seront comprises entre 8 et 9°C (parfois jusqu’à 10°C). Ce sont des valeurs dignes d’un mois de décembre. Dit comme ça, ces valeurs n’ont rien d’hivernales mais pourtant si.

Les dernières mises à jour des modèles numériques ont un petit retourné leur vestes. On pourrait connaître « probablement » un flux de nord-ouest humide et frais jusqu’au 20 novembre. Un temps plus sec et (froid ou doux) pourrait être d’actualité en fin de mois. Nous surveillons attentivement l’évolution des centres d’actions. Restez connectés !

Bilan climatique d’Octobre 2019

Le mois d’octobre 2019 a été plus doux et plus humide que la normale.

Sur la moyenne d’Octobre, un flux d’ouest-sud-ouest/ouest-nord-ouest a largement dominé. Un système dépressionnaire a été souvent ancré sur l’Atlantique fournissant des perturbations de tout types (averses, pluies en continu) ainsi qu’une nébulosité importante. L’Anticyclone des Açores était souvent rétracté dans son pays d’origine : les Açores.

Deux courtes périodes fraîches ont été observées, une fois en début de mois (le 3 octobre, on a relevé les valeurs suivantes : 1.9°C de minimale à Rouen, 4.7°C à Dieppe et 8.5°C au Havre) et une autre en fin de mois (du 27 au 31). Seules 2 matinées sur 31 ont été plus froides que la moyenne. La barre des 20°C a été dépassée 4 fois. Le jour le plus pluvieux fût observé le 15 octobre. Aucun record absolu a été observé ce mois-ci.

Températures excédentaires

Par rapport à la moyenne 1981-2010, l’anomalie de température a été légèrement supérieure à la normale de +0.8°C, moyennant les trois stations officiels de la Seine-Maritime (Le Havre, Rouen, Dieppe).

Précipitations excédentaires

Les précipitations ont été largement excédentaires de +77% (~146 mm contre ~86 mm en moyenne) par rapport à la moyenne 1981-2010.

Ensoleillement déficitaire

La durée d’ensoleillement a été déficitaire d’environ 50 % (52h au total contre 107h en moyenne) par rapport à la moyenne 1981-2010.